La renommée nationale à 21 ans (1916-1937)

Marcel Cerdan est né le 22 juillet 1916 à Sidi Bel Abbès en Algérie, berceau de la Légion Etrangère. De père originaire du Roussillon et de mère d'origine espagnole, il est le fils cadet d'une famille pauvre de cinq enfants (Armand, Antoine, Vincent et sa jeune soeur Clothilde).

En 1922, les Cerdan s’installent à Casablanca, espérant trouver un meilleur avenir. Vincent, l’aîné (10 ans le séparent de Marcel) pratique la boxe, de même qu'Antoine et Armand.

En 1924, poussé par son père, Marcel monte sur le ring pour la première fois à l’age de 8 ans, à l’occasion d’une soirée où Vincent doit se produire. Le petit Marcel victorieux gagne, à son grand désespoir, une paire d’espadrilles, au lieu du lot de consolation de son adversaire, une tablette de chocolat. Son père décide alors de le manager.

Vers 1932, le père Cerdan se prend d’amitié pour Lucien Roupp, un parisien qui connaît la boxe et qui a aménagé au premier étage de son garage une salle d’entraînement. Harcelé par son père qui veut en faire un champion, Marcel, dont la passion pour le football est une source de conflit permanent, ira de plus en plus souvent se faire les poings chez lui.
17ans.jpg
D’ailleurs, dès 1933, le père Cerdan cesse d’être le manager de Marcel et confie son destin de boxeur à leur ami commun, Lucien Roupp. Marcel effectue ses premiers combats professionnels en « Mouche » (48 kg) en affrontant souvent des poids nettement supérieurs. Il a 17 ans. Il gagnera les meilleurs poulains de Roupp puis, l’un après l’autre, la plupart des boxeurs d’Afrique du Nord.

En 1935, à 19 ans, Cerdan est vainqueur contre Max Privat, un boxeur chevronné. Il bat ensuite Mak Perez, Maurice Serfaty et Mestre puis en 1936 Antoine Adad (qui s’est lui-même incliné de justesse devant Spoldi, Champion du Monde) et Ifergane. A Oran, Marcel met K.O. au 2ème round le fameux Martinez, dit « K.O. Martinez ». Il met alors les bouchées doubles et expédie successivement Ricardo, Kid Abadie, Castillanos, Fausto puis Al Francis et Primio Rubio. La même année, à Alger, Cerdan liquide Antoine Attaf en 30 secondes puis le métropolitain Jean Debeaumont à Casablanca.

Le 2 mars 1937, après sa nouvelle victoire contre Attaf, puis Naudin, Marcel se retrouve face à Omar Kouidri à Rabat. Il gagne, mais sa main droite - qui sera toujours fragile, comme chez tous les frappeurs - est fracturée. Guéri, il bat à nouveau Kouidri et Ali Omar à Alger. Il affronte ensuite un très grand champion, Kid Marcel, qu’il bat aux points à Oran.

A la demande de l’organisateur de spectacles de boxe parisien, Jeff Dickson, qui souhaite l’éprouver avant de le faire venir sur Paris, Marcel rencontre Edy Rabak, le rude « Carpentier tchèque », le 13 septembre 1937 à Casablanca. Cerdan le met K.O. à la 7ème reprise. C’est la porte ouverte à la renommée nationale… Il n’a que 21 ans.